Jean-Louis Debré, en 5 étapes

57, rue de Varenne (Paris 7ème)

L’Hôtel Matignon, quand j’étais enfant : que de souvenirs ! Mon père, alors Premier Ministre, recevait les grands de ce monde en grande pompe. Enfin presque. Un jour, le dirigeant de l’URSS, Nikita Krouchtchev et Madame viennent dîner. Visiblement peu habituée à porter des talons hauts, son épouse a demandé de l’eau froide en urgence. Elle a ôté ses escarpins et a soulagé ses pieds dans la bassine, devant une assistance médusée. Plus récemment, Alain Juppé et moi-même descendions l’escalier principal. Je l’interpelle : « Jamais tu ne pourras faire ce que j’ai osé : dévaler l’escalier à grande vitesse, sur la rampe ! » Ce jour-là, je l’ai bluffé !

Mon bureau

Laissez-moi seul avec Marianne ! C’est mon cri du cœur. Et ma passion pour la République. Dans mon bureau, j’ai disposé tous ses bustes, collectionnés depuis des années. C’est là, que j’ai écrit le « Le Dictionnaire amoureux de la République », et que je prépare mon nouveau polar. Seul, dans cette petite pièce, j’imagine les futures histoires, les personnages. C’est un besoin et une discipline quasi militaire. Ecrire entre une heure et une heure trente, chaque jour. Comme un indispensable rituel. Dans ce jardin secret, dont je ne vous révèlerai jamais l’adresse !

2, rue de Montpensier (Paris 1er)

Le Palais Royal, fenêtre ouverte sur l’histoire de France. Quel privilège d’avoir une vue imprenable sur Colette, Jean Marais ou Richelieu. L’ex Palais Cardinal est un lieu magique, où résonne encore les pas de Louis XIV et de sa mère Anne d’Autriche. Lorsque j’étais Président du Conseil Constitutionnel, j’ai entrepris de moderniser cette institution. En commençant par la gérer comme une entreprise. Ainsi, toute personne décorée doit désormais payer la réception organisée en son honneur. Et nous avons gagné en efficacité. 200 décisions annuelles sont désormais rendues. Contre 10 à mon arrivée.

Le Bassin d’Arcachon (Lège-Cap-Ferret, Gironde)

C’est le havre de paix idéal. Pas trop loin de Paris. Facile à rejoindre, en train ou en voiture. Le Bassin d’Arcachon est mon lieu de villégiature depuis 30 ans. Comme je vis en décalé, je me baigne tôt le matin ou en fin de journée. Le privilège d’avoir la mer pour soi ! Je vous conseille un petit restaurant, fréquenté par les pêcheurs et les ostréiculteurs. La Cabane du Mimbeau. C’est ma cantine. Table authentique et bonne ambiance. Surtout, ne ratez sous aucun prétexte le retour des bateaux à quai. Poisson frais garanti !

55, faubourg St Honoré (Paris 8ème)

Le lieu qui incarne le mieux la République, c’est Versailles. Serment du jeu de Paume, modification de la Constitution. Les grandes décisions se prennent là. Le Président de la 3ème et de la 4ème République a d’ailleurs été élu dans ce Palais. Les dimanches après-midi à l’Elysée, avec Chirac, c’était sportif. La télé allumée dans son bureau, il était scotché devant les retransmissions de matchs de sumo, et m’expliquait les règles ! J’avoue, je n’étais pas emballé du tout. Même si, en politique, l’engagement est avant tout un combat. Et que tous les coups sont permis…