Jean Lassalle, en 5 étapes

Lourdios-Ichère (Pyrénées Atlantiques)

Les Pyrénées, la Vallée d’Aspe, ce sont mes racines. Les grands espaces, la nature, la simplicité… et l’amour. Ma maman m’avait eu très jeune. Nous n’avions que 17 ans d’écart. Du coup, nous avons toujours été très complices. Elle m’entourait d’affection. A Lourdios-Ichère, nous ne vivions pas dans l’opulence. Pas de téléphone, pas de télévision. Mais, une table, deux œufs, du jambon, et c’était le bonheur ! Je me souviens du retour des foins. Avant même d’entrer dans notre modeste maison, on sentait s’échapper de la cuisine la bonne odeur de la garbure, la soupe traditionnelle de notre région. Préparez vos assiettes et vos papilles, je vous en prépare une tout de suite !

55, faubourg St Honoré (Paris 8ème)

A quelques jours du 1er tour, je lance un appel à tous les électeurs indécis. Comme des brebis égarées qu’on ramène au troupeau, j’ai envie de rassembler les Français. Et je sais faire ! Car le berger, depuis l’Antiquité, c’est d’abord un homme bienveillant. Il a une certaine expérience de la vie. Il sent quand le vent mauvais tourne. Et il sait guider les autres vers des cieux plus sereins. N’écoutez pas les journalistes et les sondeurs, qui sont tous aux mains et aux ordres de ceux qui les possèdent. Notre monde politique est complètement dépassé et déconnecté des enjeux qui préoccupent les Français. A l’Elysée, j’incarnerai d’abord le rassemblement. Alors, suivez le berger. Suivez le guide !

Yaoundé (Cameroun)

L’Afrique est un continent magique. Je suis tombé amoureux des couleurs, des gens, de l’amour qu’ils portent à leur terre. Je me suis rendu en Côte d’Ivoire, ou encore à Yaoundé au Cameroun. Notre devoir est d’aider ce continent et ses habitants à émerger. D’autres, comme les Chinois et les Américains, l’ont bien compris. Je propose que l’on envoie une mission diplomatique en Afrique pour lancer les nouvelles bases d’une vraie coopération. A la fois économique et politique. Avec, à la clef, le développement de l’Afrique pour les Africains. Et pour la France, une façon ambitieuse de réguler l’immigration.

Mont de Marsan (Landes)

Je ne remercierai jamais assez Valéry Giscard d’Estaing. C’est lui qui m’a permis de devenir le maire le plus jeune de France, alors que je n’avais que 22 ans ! Figurez-vous que j’étais encore au service militaire, dans les parachutistes, à Mont de Marsan, quand les électeurs de ma commune m’ont élu. Et c’est VGE, alors Président de la République, qui m’a obtenu une dérogation ! Et même si le service national a failli m’empêcher d’avoir un destin politique, je le rétablirai. Pendant 9 mois, de septembre à juin. Pour les filles, comme pour les garçons. Pourquoi ? Pour retrouver le sens civique, réapprendre le « vivre ensemble », et ressouder notre peuple, profondément divisé.

Pau (Pyrénées Atlantiques)

Je crois à l’entrepreneuriat et à la jeunesse. D’ailleurs, parmi les 11 prétendants, je suis le seul candidat à avoir fondé et managé une société. Un cabinet conseil spécialisé en hydraulique et en aménagement du territoire. Le premier siège de l’entreprise était une simple chaise dans la maison familiale. Depuis, l’affaire s’est développée. Aujourd’hui, c’est mon neveu et mon cousin qui la dirigent, avec une dizaine de salariés. Les bureaux se situent à Pau. La ville de François Bayrou, dont les choix m’ont conduit à m’éloigner de lui. On avait pourtant battu le record de Chirac et Balladur, avec 34 années d’amitié au compteur. Comme quoi, en politique aussi, il faut tourner les pages.