Eric Woerth, en 5 étapes

126, rue de l'Université (Paris 7ème)

Des parlementaires allongés sur les bancs. Un hémicycle transformé en hall de gare. Voilà à quoi ressemble l’Assemblée Nationale, en 2010, après 15 heures de débats non-stop sur la réforme des retraites. A l’époque, j’avais les yeux rougis par le manque de sommeil. Aujourd’hui, je jette un regard lucide et constructif sur les prochaines échéances. Oui, un débat sur le fond est possible ! Il n’y a pas un monde nouveau et un monde ancien. Il y a 577 histoires particulières à écrire autour de la plateforme et du projet cohérent des équipes de la droite et du centre. Restons nous-mêmes. Nous avons perdu une bataille, pas la guerre.

11, avenue du Maréchal Joffre (Chantilly)

Un engagement personnel me lie à Chantilly depuis 20 ans. Une relation singulière, amoureuse. Je suis fier d’avoir contribué à préserver les racines de ma ville, tout en l’ancrant dans son temps. Un exemple : l’hippodrome, sauvé de la fermeture, avec à la clef, 2 000 emplois. Depuis toujours, mon bureau, 11 avenue du Maréchal Joffre, est ouvert tous les samedis matins. J’ai maintenu ce rendez-vous avec mes concitoyens, même lorsque j’étais à Bercy. Cela m’a valu quelques surprises, dont la visite de contribuables venant des quatre coins de France pour me demander des conseils en fiscalité !

Chamonix Mont-Blanc (Haute-Savoie)

Mon père m’a donné le goût des sommets. Il faisait de la randonnée et j’ai très vite marché dans ses crampons. L’escalade est un sport risqué mais merveilleux. Une véritable leçon de vie. On ne triche pas. Entre ambition et humilité. Dans une cordée, on doit jouer la solidarité. Comme en politique. Chamonix est ma deuxième ville de cœur et mon port d’attache. C’est de là que j’ai gravi l’Aiguille Verte, les Drus ou encore le Mont Blanc. Un souvenir d’ascension ? 3 heures sous une pluie battante. Arrivés trempés au refuge, nous nous jetons sur le poêle pour sécher nos chaussettes. Et là, catastrophe, elles fondent ! C’était l’aiguille de la République. Ca ne s’invente pas !

139, rue de Bercy (Paris 12ème)

J’ai beaucoup de souvenirs à Bercy. Le Budget était un Ministère à part entière. Pas un Secrétariat d’Etat. Pour la première fois, son périmètre intégrait les comptes sociaux, la réforme de l’Etat et la fonction publique. C’est vrai, le bâtiment ressemble à un paquebot froid. A l’intérieur, c’est un peu différent. Les architectes voulaient du moderne partout. Seul, mon bureau détonait. Situé au 5ème étage, juste au-dessous de celui de Christine Lagarde. C’était le seul avec les meubles d’origine. Ils avaient été transférés du Louvre à Bercy, à la demande de Michel Charasse. Comme quoi, l’héritage en politique, ça a parfois du bon.

Allée de la Pierre Taillée (Creil)

Avec mes 3 sœurs, nous sommes des enfants de Creil. Nous habitions une HLM, allée de la Pierre Taillée. Un quartier populaire. J’ai une part d’affection pour cette ville difficile, qui a décliné au fil du temps. Un jour, dans le bureau de mon père qui me servait de chambre, je découvre mon cadeau de Noël. Une raquette de tennis Lacoste. Impressionné par l’objet, j’ai mis 3 mois avant de m’en servir. Je ne pensais pas avoir le niveau pour jouer avec. C’est sûrement aussi un de mes traits de caractère : je n’aime pas la ramener, ni me mettre en avant.